position en contre-la-montre vu de profil

La position en contre-la-montre


La position en contre-la-montre / triathlon est l’un des premiers déterminants de la performance sur les efforts en solitaires chronométrés.

 

Les résistances à l’avancement de la position en contre-la-montre sont en grande partie causées par le freinage due à l’air. Et plus on roule vite plus ces résistances vont augmenter de manière exponentielle. C’est pourquoi il faudra une augmentation moindre en watts pour passer de 25 à 30 km/h que pour passer de 30 à 35 km/h.

Le but est donc de limiter ces résistances mais comment?

surface frontale cyclismeLes résistances aérodynamiques sont proportionnelles à la surface frontale du cycliste mais également à son coefficient de pénétration dans l’air.

La surface frontale c’est l’ensemble de la surface ( vélo y compris ) qui s’oppose à l’avancement coureur vu de face (voir photo ci contre). Plus cette surface va diminuer plus les résistances vont être faibles. Pour représenter cela il faut imaginer un coureur qui passe des mains au cocotte à mains une position en bas. Il diminue ainsi facilement sa surface frontale. Le « SCX » d’un cycliste qui a les mains en haut est de 0.40. Tandis qu’un cycliste avec une bonne position de contre-la-montre peut descendre à un « SCX » de 0.25.

La surface frontale c’est l’ensemble de la surface  qui s’oppose à l’avancement coureur vu de face. Plus cette surface va diminuer plus les résistances vont être faibles.

Cependant attention de ne pas diminuer la surface frontale à tout prix au risque de ne plus pouvoir appuyer sur les pédales correctement. La position en contre-la-montre doit être un compromis entre confort , efficacité et aérodynamisme.

La diminution de la surface frontale peut parfois être synonyme de difficulté à tenir la position en contre-la-montre. Plus le contre-la-montre sera court plus on aura tendance à abaisser la hauteur des reposes coudes pour être plus bas. On pourra également resserrer ces reposes bras afin de faire rentrer les coudes à l’intérieur de la surface frontale déjà occupée par le cycliste.

En triathlon Longue distance par exemple la position en contre-la-montre sera davantage relevée pour limiter le travail cervical et la tension dans les avants bras.

Ainsi on aura tendance à nuancer ces réglages dès lors que les épreuves visées sont longues. En triathlon Longue distance par exemple la position en contre-la-montre sera davantage relevée pour limiter le travail cervical et la tension dans les avants bras. Les bras légèrement plus écartés pour faciliter la respiration. Ainsi le rendement musculaire sera épargné.

Le coefficient de pénétration dans l’air c’est la forme du cycliste et de son vélo.

Actuellement la tendance des recherches et des innovations va dans le sens de la diminution du CX. On va chercher le cadre le plus aéro, des roues aéro, la tenue avec le plus d’aéro (la polémique des combinaisons Vortex de la Sky sur le tour 2017). Certains vont même tester l’aéro des pneus ou d’un placement d’un porte-bidon à un endroit plutôt qu’à un autre et on est parfois surpris du résultat…

Dans les gaposition-en-contre-la-montre vu de profilins les plus simples à faire il y a le port de sur-chaussures aérodynamiques. Le casque aéro est également l’un des moyens les plus simples, les moins onéreux et les plus avantageux.

Il faudra veiller à bien choisir son casque en fonction de sa position en contre-la-montre

On va jusqu’a 8 watts de gains à 45 km/h pour un casque et cela peut-être autant pour certaines couvre chaussures. Biensûr il faudra veiller à bien choisir son casque en fonction de sa position en contre-la-montre. Si notre dos forme une boule il faudra choisir un casque avec une pointe pour enlever les perturbations de l’air derrière la tête.

C’est le cas sur notre photo vue de profil, le coureur, Victor Lafay aura besoin d’un casque « semi long » pour combler l’espace entre sa tête et son dos sitôt qu’elle sera relevée. Avec un casque à pointe on comble ce vide et la position en contre-la-montre devient beaucoup plus aérodynamique. Si au contraire notre dos est déjà plat le casque en pointe va créer une perturbation supplémentaire. Il faudra donc choisir un casque plus rond.

Et pour l’amélioration de la position de contre-la-montre d’un point de vue mécanique comment fait-on ?

Pour diminuer le CX de sa  position de contre-la-montre il faudra avoir le dos le plus parallèle au sol possible. Pour ce faire on abaissera le cintre afin d’obtenir une position confortable mais qui oppose le moins de résistances possible.

Ensuite l’angle formé par les lignes bassin/épaules et épaules/coudes sera le plus proche possible de 90°. On peut s’aider à l’aide de gommettes que l’on collera aux endroits remarquables sur le cycliste. Vous pouvez prendre des photos vues de profil. Ainsi vous observerez  si votre position colle avec la position de contre-la-montre idéale théorique.

Pour aller plus loin voir aussi l’article :Avoir-un-capteur-de-puissance-c’est-bien-savoir-l’utiliser-c’est-mieux